Parenthèse Maïzal,

Maïzal, c’est le nom d’un hameau perché dans la Cordillère Vilcabamba, au cœur des Andes, au croisement de deux torrents glacières : le rio Blanco et le rio Apurimac.

Voyage au Pérou,

Nous sentons immédiatement qu’il y a Quelque-chose à capter ici.

Expérience chez l’Habitant lors de notre dernier Voyage au Pérou,
Rencontre en ce lieu isolé et préservé,
Nous posons nos sacs à dos et reposons nos jambes pendant 2 jours.

A mi-chemin,

Alors que nous atteignons une certaine limite physique et nerveuse..

Panorama sur le canyon dessiné par le Rio Blanco

… sur le Trek du Choquequirao,

Un mémorable Trek au Pérou dans cette contrée reculée, qui vaudra le détour d’un autre article >> « CHOQUEQUIRAO : L’Autre Machu »

… menant au Machu Picchu !

C’est notre Rencontre avec Valentin et Tomasa que j’ai envie de vous livrer ici, mais la journée de marche précédant notre arrivée est une toute aussi mémorable rencontre.. Rencontre avec nos Limites physiques.

Le Chemin initiatique de Maïzal,

L’arrivée à Maïzal fut une surprise, une parenthèse hors du temps.

Suivez vos rêves ils connaissent le Chemin..

… mais il se peut qu’il soit difficile.

L’exténuante journée de marche menant à cet Oasis de vie perdu au sommet d’une interminable pente caillouteuse a marqué nos esprits, couchée dans mon duvet, j’écris le soir même ce compte rendu, qui aujourd’hui me met instantanément le sourire (en espérant qu’il ait le même effet sur vous, je le partage).

[Compte Rendu Jour 3 – Trek Choquequirao – Atteindre la Limite]

« Cette journée a été une véritable épreuve : Physique et Nerveuse.
Nous avions les jambes tremblantes et les genoux au bord de la rupture. Ce chemin est une blague des incas. Ce matin : descente vertigineuse jusqu’au Rio Blanco ou nous nous sommes baignés et lavés, quel Bonheur.

Le soleil tombait comme du feu sur nos chapeaux. Après une lessive « express » nous avions très faim : almuerzo ! Un peu effrayés par le soleil de feu, on espérait la pluie pour attaquer les derniers 1200 m de dénivelé positif sur 4 km.. Les nuages arrivaient, nous nous sommes mis en route.

Ruines Inca au Pérou. Voyage en trek
En route nous découvrons les ruines de la cité perdue de Pinchaunuyoc. Tout en bas le Rio Blanco.. Et en face : Maïzal.

La pente est toujours très raide, nos pieds dérapent.
Pour oublier la difficulté de l’épreuve on chante, on s’émerveille d’un papillon, de la vue incroyable.. Vient cependant la limite. Celle du corps qui ne veut plus avancer, mais il n’y a pas d’autre choix que d’arriver au campement « Valentin » indiqué sur la carte. Le chemin est trop étroit et raide, impossible de s’arrêter en route pour camper.

Pas après pas, un pied devant l’autre. Parfois mon pied ne dépasse même pas le précédent. (choux-fleur, j’ai pas le cœur à jouer mais j’y pense) L’épreuve dure des heures et le plaisir est loin. Mais il faut assumer ce choix et serrer les dents, de courtes pauses pour s’hydrater et se sucrer nous permettent d’avancer encore.
Le dernier km jusqu’au camp Valentin est toujours aussi raide et mauvais, le chemin n’en finit pas. Je pleure, je ris, je pense à ma famille, à mon frère.

Et puis le chien nous aboie, la ferme est là, perchée, sur un coin de montagne défrichée. Sur réaliste.

Cordillère des andes, voyage et trek au pérou
Vue du hameau de Maïzal au creux de la Cordillère

Je m’assoie, je pleure. Mélange de joie, de soulagement et de lâcher prise. Quelle épreuve venons nous d’infliger à nos corps… Nous somme fous. Celui-ci m’en veut un peu de lui a avoir imposé ça. Il se déconnecte un court instant. (mini-malaise vagal) Et dans une larme, je m’étale au sol, sur la terre battue. C’est bon de tout lâcher. Évidement autour de moi c’est l’affolement, Valentin, el dueno, me soigne avec une poignée de plantes médicinales à sentir.. Sa femme Tomasa est mal à l’aise, Jéremy en panique. Je m’en veux de tous les affoler, mais je les remercie silencieusement d’être là pour m’aider.
Haness un voyageur allemand lui-même très mal depuis la veille compatis. (Nous nous ferons amis, et terminerons le trek ensemble).
Je mettrais plusieurs minutes à reconnecter vraiment, le message est clair, demain REPOS !

Ici il y a beaucoup de belles choses à capter, des personnes sincères et simples, des animaux paisibles, des montagnes puissantes, un rayon de soleil sur ma joue et des milliers de choses à apprendre sur leur mode de vie ancestral.
J’ai envie (et besoin) de rester ici, au milieu des vaches, cochons, chiens, chats, poulets, cochons d’indes…. Ce coin de paradis nous l’avons mérité, à nous d’en capter l’essence.
Ce soir, je m’endors le ventre plein, les yeux fatigués, les jambes mâchées et le cœur heureux. Merci la vie.
« 

[Fin Compte Rendu Jour 3 – Trek Choquequirao – Atteindre la Limite]

Trek du choquequirao, en route pour Maizal au Expérience chez l'habitant au Pérou
Panorama de l’itinéraire menant à Maïzal

Valentin & Tomasa,

Ce sont nos hôtes, mari et femme, comme le Rio Blanco rejoint l’Apurimac au pied de leur montagne, ces deux là semblent inséparables.

Repos bien mérité. Voyage pérou et rencontres
Valentin devant sa casita, un peu de repos… Notre ami Allemand Haness reconnecte lui aussi..

Ils ont bâti de leurs mains leur ferme, au cœur d’une montagne sacrée, abrupte et inhospitalière… dignes descendants des incas, ils n’ont pas choisi la facilité !

L’oeuvre d’une vie,

Le terrassement, l’accès par différents sentiers, le captage d’une source, la construction même des murs en terre de la maison… chaque barrière, chaque carré cultivable et même la pelouse sur laquelle nous planterons notre tente : tout ça c’est EUX… RESPECT.

campement trek pérou choquequuirao
Campement aménagé par Valentin pour accueillir les randonneurs fous .. source de revenu !

Quand on voit qu’aujourd’hui on est tout juste fichu de réparer une poignée de porte (j’aime exagérer).. on sent qu’il y en a à apprendre de ces deux là.

Todo lo que existe aqui le hice de mis manos,

Valentin fier et accompli

Apprendre, ça commence comme ça,

Deux journées à observer et mettre la main à la pâte,

Déboiser une pente à la machette.. éplucher des patates, nourrir les cochons, fendre le bois, le ramener à la ferme.. sur l’épaule…

Ils ne parlent pas beaucoup, mais savent tellement.. 
Apprentissage du mode de vie péruvien en montagne
Mission bois & Patate !

Tomasa en cuisine & aux champs,

Âgée de 63 ans (qui en paraissent 85 ans), elle est blessée à la jambe (depuis des années, mais l’hôpital se trouve à 2 jours de marche et colectivos..) on ne l’entend pas se plaindre, on le lit dans ses rides.

Elle parle Quechua et un peu Espagnol, nous parvenons à échanger en cuisinant, elle aime rire et même si nous n’arrivons pas toujours à lui expliquer ce qu’on aimerait, sa compagnie est douce, comme celle de nos mamies, qui d’un coup d’un seul nous manquent.

Nous avions pris de France des sachets de Levure boulangère.. sans trop savoir quand ni ou ils seraient utiles, c’était léger et fun.. ici, l’occasion de faire un « Pain Français » était trop belle ! Tous fiers d’avoir nous aussi un truc à leur « apprendre » nous nous lançons dans un pâton, cuit au feu de bois.. il était franchement 100 fois meilleur que tous les « Pains » Péruviens.. en toute objectivité…

Cuisine au Pérou, en voyage à la rencontre des habitants
Notre magnifique « Pain Français » se prépare à entrer dans le fou traditionnel (et fait maison) de Tomasa !

Nous la remercions toujours très chaleureusement pour ses repas toujours TRÈS COPIEUX, elle apprécie notre gratitude, même si le gêne est bien perceptible, on dit sans doute un peu trop « Merci » !

Attention aux « Cuys »,

Les « Cuys » [couill], cochons d’inde, courent en liberté dans la cuisine et « couinent » lorsque Valentin leur ramène des herbes fraîches.. Ce ne sont pas des animaux de compagnie, il s’agit bien d’un élevage.

cuy trek pérou, intérieur d'une habitation typique
Un petit « cuy » à la recherche d’épluchures sur le sol en terre de la cuisine.

Copains comme Cochon,

Ici poules, cochons, vaches, ânes, cuys, chiens et chats vivent en harmonie, et aident, accompagnent et nourrissent leurs Humains. Ces derniers veillent comme de précieux cadeaux sur leurs Bêtes.

L’équilibre nous paraît tellement plus sain qu’en Europe ou nous ne mesurons même plus la valeur de la vie animale, tantôt vulgaire nourriture, tantôt « Dieux domestiques »..

Petite famille de cochons péruviens au sommet d'une montagne. Trek au pérou
Les téméraires porcelets de 3 mois et leur Maman sur le pas de la porte.

Pour rallier le 1er village, 8 heures de marche sont nécessaires, ils s’approvisionnent via des caravanes de mules, vous comprenez qu’ils les estiment comme des membres de la famille.

La place des Hommes,

Ces deux jours « Hors du temps » nous ont beaucoup ressourcés, reposés et inspirés ! Nous avions déjà le sentiment d’être en quête de sens avant ce voyage au Pérou, Tomasa et Valentin nous ont ramené au sens originel de la vie : manger, dormir, respirer, travailler la terre, rire, échanger : être vivant !

Une quête qui ne s’arrête pas à notre retour en France, bien au contraire.

Si comme je le crois le voyage est une porte temporelle ou les expériences ultra-intenses et condensées sont des apprentissages, des clés pour la Vie.. Si c’est bien vrai, alors cette paire de jours est un cadeau.

trek pérou, mines de yanama, expédition choquequirao
Mini-moi vue des mines de Yanama.
Nous n’avons rien découvert ici, mais nous avons pris conscience :
  • Que la Nature nous donne tout : eau, nourriture, abris, chaleur..
  • Du temps qui passe différemment au rythme du soleil et au rythme des rendez-vous.
  • Que les simples échanges entre Humains et avec les Animaux sont source de Joie !
  • Que la Montagne, les torrents, le soleil, sont des Puissances éternelles, qui rendent bien petits tous les « Hommes puissants » que nous sur-médiatisons.

Vive la déconnexion, Vive la Vie !

Lucie

Piquée au cœur par le Voyage et la Liberté grandeur Nature, je vous partage ici mes plus belles escapades et rencontres, ces instants suspendus qui forgent ma vision du voyage. Vous retrouverez aussi quelques poèmes et chansons, il arrive qu'un ruisseau bien caché ou une montagne inaccessible me souffle l'inspiration.

6 réflexions sur « Parenthèse Maïzal, »

  1. Lucie,on connaissait quelques bribes de tes divers voyages,mais là quel plaisir de lire tes divers récits,l’émotion que tu nous fais partager! L’humour qui pointe toujours même dans des situations difficiles! On te reconnais bien là! On te souhaite de continuer ton chemin avec toujours autant de sérénité,de franchise,de générosité et de bienveillance mais garde toujours ce petit grain de folie qui fait que tu es TOI!

    1. C’est un bonheur de lire ce commentaire, je suis très flattée, très heureuse que mes lignes vous aient fait ressentir le voyage ! Ce grain de folie fait bien partie de ma nature et plus je grandit plus je le cultive, il n’est pas prêt de s’endormir !! ahah

  2. Je voyage à travers tes mots…. Les larmes me sont montés, les frissons plein le corps….. l’essence ciel est dit … tout est là … Profitons ….. Nous sommes riches !!!
    Merci Lumière étincellante …..

    1. C’était aussi pour toi cet article, pour chaque personne avec qui j’ai vécu ces aventures !
      Tu me fais trop plaisir, heureuse (pas de t’avoir faite pleurer) mais de ces émotions qui sont passées, j’ai adoré me remémorer ce voyage incroyable, j’ai tellement envie de retourner au Maroc. Destination magnifique au peuple adorable !

  3. Magnifique récit sur votre épopée au Pérou (malgré quelques mesaventures, dont j’ignorais…les détails 😱😱😥😥😥😥 qui m’ont un peu effrayé..) ,mais c’est très très bien écrit et raconté….bravoooo, ma tite lucie, pour nous avoir captiver dans vos aventures…(tu es une très belle personne….dans tous les sens du termes….bisous😘😘😘😘😘

    1. Oh, Merci Betty <3 Ces messages bienveillants d'encouragement me vont droit au cœur, c'est bon de partager toutes ces histoires et de voir qu'elles touchent quelque part les gens que j'aime ! J'espère que mes récits feront voyager du monde, et qu'ils donneront le goût du voyage humain et nature !
      C'est super plaisant pour moi de me replonger dans ces morceaux de vie, dans nos aventures, je prends aussi conscience de la chance que je me suis donné de voyager !
      On est des belles personnes je crois, parce qu'on porte la joie ! Youpiiii, ne nous arrêtons pas ! 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page