La Patagonie en Stop,

>> Destination : Patagonie du Sud au Nord
>> Durée : 1 mois
>> Période : Décembre, début d'été
>> Transport : STOP et Marche
>> Binôme : Aventure partagée avec Margaux

On dit ..

« La Patagonie c’est extrêmement hostile et froid. »
« Vous avez le budget ? C’est une des régions les plus coûteuses au monde. »
« Il n’y à personne là bas, vous êtes folles, vous allez vous mettre en difficulté. »

Si on avait écouté les « on dit », on ne se serait jamais lancées dans cette Aventure.

Faire pour savoir.
paysage de Patagonie
Quelque part sur la Carretera Autral : eau de la fonte des glaciers et lupins du printemps.

Itinéraire d’une folle traversée,

>> Départ : Punta Arenas, à l’extrême Sud du continent Américain.
>> Zing-zag entre la Ruta 7 au Chili et la Ruta 40 en Argentine.
>> Arrivée : Puerto Montt, porte d’entrée de la Patagonie Chilienne.

Ci-dessous les principales étapes de notre itinéraire de 1 mois.

Le saviez-vous ?

La Patagonie ce n’est pas l’Argentine, ce n’est pas le Chili, c’est les deux ! Un peu comme la Laponie avec la Finlande, Suède, et Russie, il s’agit d’une Région du monde qui par ses caractéristiques (paysagères, culturelles, historiques) « gomme » les frontières de son identité forte.

Point Météo,

Climat imprévisible, du soleil aux pluies torrentielles, les températures sont instables.. il peut vite faire très froid en hiver, la neige et la glace recouvrent cette région qui se rapproche du cercle polaire !

Ci-dessus voyons comment utiliser un Alerce Andino (arbres endémiques) comme parapluie quand le poncho n’est plus étanche (tout poncho même de « compèt » atteint un jour ses limites) !

Nous sommes parties 1 mois en été (décembre à février), et la chance était avec nous, même si nous n’avons pas regretté d’avoir un bon poncho, il ne faut pas non plus craindre de balader un short !

Y a pas de mauvais temps, y a que des mauvais vêtements !

Point Porte-monnaie,

Notre voyage « petit budget » en Patagonie à été possible du fait de nos choix « logistiques roots ». Nous voyageons en STOP. Nous dormons en tente, ou en Couchsurfing. Je ne souhaite tromper personne, en all-inclusive bus/hôtel/guide, la Patagonie est effectivement une destination onéreuse.

..ça n’engage que moi, mais traverser la planète pour vivre comme à la maison c’est faire beaucoup de « rembal » (« bordel » en patois) pour pas grand chose !

Et dans l’assiette ?

Plat de pâtes quotidien, dans sa demi-noix de coco, souvenir d’Équateur !

Ceux qui nous connaissent un temps soit peu savent l’Amour inconditionnel que nous portons aux plaisirs de la table… lors de ce périple, nous sommes souvent contraintes à nous alimenter au lieu de nous délecter.. nos repas ne sont pas très variés (pâtes/thon), la région ne regorge pas de fruits/légumes, mais nous nous nourrissons d’Aventure !

Mention spéciale pour les « Cervecerias locales » : Brasseries de Patagonie qui se démarquent de leurs consœurs sud-américaines souvent très légères et peu goûteuses.. en Patagonie la bière nourrit !

Nos bières favorites : Top 3

> la Cerveza Australe
>> la Patagonia de Bariloche
>>> la Kunstmann de Valdivia !

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, mais s’intéresser à une culture c’est aussi goûter aux bières locales.

PS : Arrivées à Puerto Montt 1 mois plus tard nous nous rattraperons avec un Curanto majestueux : sorte de choucroute Terre & Mer absolument divine.. plat incontournable découvert quelques mois avant sur l’île de Chiloé, grâce à notre ami Sergio, un couchsurfer aux petits oignons !


>> Recette de ce plat chilien typique, originaire de l’île voisine de Chiloé.

Je n’ai plus mangé de thon en boîte depuis ce voyage (il y a 3 ans).

road trip en patagonie
A l’arrière d’un pick-up remuant la poussière de la mythique Carretera Austral.

Voyager en STOP en Patagonie,

Quand on sait que la densité de population en Patagonie est de 5,4 habitant/km2, on peut comprendre les réticences à faire du Stop.

« Hacer dedo » comme ils disent là bas,
C’est un challenge quotidien, mieux vaut avoir du temps et une assez grande flexibilité, voire un certain goût pour l’imprévu. Il n’est pas question de planifier ses journées, des visites où randos dans tel ou tel parc national.

C’est ça l’Aventure : se laisser guider vers l’inconnu !

Nous nous couchons tous les soirs dans un lieu nouveau, mais dans cette même tente, cocoon familier ou après un petit débrief (parfois de plusieurs heures) revient cette conclusion qui nous emporte vers de beaux rêves : « Est-ce que tu te serai imaginée ce matin qu’on allait vivre tout ça aujourd’hui ? »

nuit insolite roadtrip patagonie
Parfois les pluies torrentielles boostaient notre créativité pour dormir au sec.. ici notre abri insolite : le bus « magique » ou providentiel. La bonne étoile veille sur nous.

.

Il y a quelque chose de grisant à cette approche du voyage : léger, guidé par la Providence.

Alors du beau monde s’arrête ..

Faire du stop c’est lâcher prise sur un « programme », mais c’est aussi et surtout faire des rencontres différentes.
Quand les « backpakers » (véritable communauté de globe-trotteurs en sac à dos) se retrouvent dans chaque hostal, auberge, site touristique ; la rencontre avec les natifs, hors « contexte commercial » (guides, commerçants, conducteurs de bus..) se fait rare !

Faire du stop c’est espérer rencontrer l’habitant, le garde du parc national, le routier qui relie chaque mois Santiago (la capitale Chilienne) à Coyhaique, petite ville perdue au cœur de la Patagonie.

Cuidado (Attention),

Quand on fait du stop, il faut rester en éveil et suivre son instinct. 5,4 habitants au km2 ça ne signifie pas que la Patagonie est exemptée de son quota de « tordus ». Entre femmes nous veillons l’une sur l’autre et restons sur nos gardes à chaque rencontre. Je ne saurais vous conseiller de traverser cette région SEULE (+ pour moi on ne part jamais seul(e) en montagne).

Aucune mésaventure personnelle ne nourrit ce propos, juste mon instinct de voyageuse.

parc national queulat en Patagonie
Parc National Queulat, en route pour le Ventisquero Colgante.

A Paulo, chauffeur au grand cœur,

« Une parenthèse pour Paulo, conducteur de poids lourd adorable avec qui nous aurons partagé nos 2 derniers jours de traversée, en camion puis en bateau !

>> Paulo selecta : de la musique trad chilienne aux hits planétaires des années 80/90’s, on a pu chanter la worldmusic qui a depuis longtemps effacé les frontières.
>> Des siestes dans la cabine pour récupérer des courtes nuits passées !
>> Des repas improvisés cuisinés avec le cœur et notre réchaud de fortune.
>> De longues discussions partagées sur la vie, nos familles, les problématiques sociales Chiliennes et Françaises.. Bref des heures à refaire le Monde !
>> et Beaucoup de bienveillance chez ce père de famille qui s’arrête systématiquement pour transporter des voyageurs en stop.

roadtrip patagonie
En discutant avec les auto-stoppeurs, Paulo rencontre le monde sans bouger de la cabine de son poids lourd ! Son trajet : 2 732 km dont 600km sur une route en terre.

Grandeur Nature,

Soyons honnêtes, nous n’avons pas choisi cette destination pour rencontrer les « Patagons », mais évidement pour les grands espaces préservés, les forêts primaires andines, les torrents glacières, les lacs turquoises, les pics de granit aiguisés !

fitz roy trek en patagonie
Le mont Fitz Roy sous les premières lueurs du jour : moment inoubliable !

Alors nous nous sommes copieusement rassasiées de cette puissante Nature !

Et parfois durant des heures, nos montres s’arrêtaient de tourner face aux craquements d’un glacier. « Je crois même qu’il nous parlait« .

glacier de Patagonie
Glacier du Cerro Torre se jetant dans la lagune du même nom.

Notre amie Méli à El Chaltén, transformée en « guide locale » nous expliqua que le glacier était deux fois plus épais et étendu il y a seulement 10 ans. Pour vous donner une idée il dépassait largement les deux rochers qui se font face dans l’eau. En photo difficile de se rendre compte, en direct nous étions sous l’émotion de l’apprendre.. dans combien de temps ne sera t-il plus qu’un beau souvenir ?

Suite de nos Aventures en Patagonie,

Parmi les choses les plus drôles et folles vécues dans ce voyage, l’ascension du volcan Villarica et surtout la descente en LUGE ! De fous rires (pas loin de se faire pipi aux culottes) en cris de joie … au simple fait d’écrire ces mots mon visage s’éclaire d’un sourire.

Au sommet du Volcan Villarica avec notre ami et guide « Pipe » : Merci !

Si vous êtes amenés à visiter cette région et qu’une Aventure physique et sensationnelle vous tente, contactez mon ami Felipe et sa famille : Ermitano expediciones. Ils vivent à Pucon, au pied du volcan et proposent l’ascension !

Traverser la Patagonie en stop a été une expérience hors du temps, il faut dire que en ta compagnie les minutes défilent différemment. Il est de ces amitiés qui donnent une saveur exceptionnelle au vécu. Si je ne devais retenir qu’une seule chose de ce voyage, c’est la confiance qu’il nous a donné en cette chose impalpable qui coule inexorablement.. le Destin, l’étoile du berger, la Providence, les coïncidences, le fil rouge. « LA VIE EST BIEN FAITE ».

Le Meilleur arrive à point nommé à qui sait attendre pouce en l’air, le sourire aux lèvres, que ses pieds soient mouillées ou secs, que son ventre soit vide ou plein, que ses nuits soient douces ou agitées.

Merci à Margaux, d’avoir partagé avec moi ce voyage.

Lucie

Piquée au cœur par le Voyage et la Liberté grandeur Nature, je vous partage ici mes plus belles escapades et rencontres, ces instants suspendus qui forgent ma vision du voyage. Vous retrouverez aussi quelques poèmes et chansons, il arrive qu'un ruisseau bien caché ou une montagne inaccessible me souffle l'inspiration.

2 réflexions sur « La Patagonie en Stop, »

  1. Après la lecture de cet article, je ferme les yeux et je nous imagine à nouveau, partir à l’aventure comme des tortues Ninja, le sac plus lourd que nous! 🙂
    A marcher vers l’inconnu, à la rencontre des habitants mais aussi des autres voyageurs qui croiseront notre route et qui feront la beauté de notre voyage!
    J’entends fréquemment autour de moi :
    « Purée, c’est mon rêve de partir voyager…Si seulement je pouvais.. »
    C’est probablement dû à un mauvais timing, de budget.
    Ici, pas besoin de rouler sur l’or pour explorer la beauté de cet endroit. Et puis vous serez riches du temps! Et c’est bien plus précieux que tout le reste 🙂
    1- Trouvez-vous vite un partenaire sans plus attendre, avec qui vous aurez envie de partager cette aventure!
    2-Faites votre valise et partez à la conquête du monde!
    3-Prenez quand même vos billets à l’avance 😃 (c’est bien de ne rien prévoir mais un minimum quand même!)

    « Le voyage est une espèce de porte où l’on sort de la réalité connue pour pénétrer dans une réalité inexplorée qui semble un rêve »

    On franchit cette porte tous ensemble? Qu’en dites vous? ☺️

    Voyageusement,

    Margaux

    1. Une autre réalité oui ! Ce voyage était une belle déconnexion, une belle reconnexion à la notion de temps et aux éléments.
      Toi seule peut revivre ce moment partagé : Les oreilles ensorcelées par les craquements du glacier Tores.
      Comme tu dis, le choix du bon partenaire de voyage ça change une destination !
      Trouvez votre alter ego et hissez la grande voile !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page